Accueil SLOW FOOD Passion slow food
Passion slow food

Passion slow food

4 février 2015

Mon aspiration à une vie plus GREEN est née de ma passion pour la bonne bouffe [c’est là que je vous raconte mon lien entre Alimentation et Green Lifestyle].

Et ma passion pour la bonne bouffe est le fruit d’un heureux hasard culturel. D’origines méditerranéennes par mes deux parents, la table a toujours tenu une place majeure chez nous.

Si ce n’est LA place majeure : là où nous nous retrouvons, où nous échangeons, où le mot « famille » prend tout son sens et où chaque décision -petite ou grande- de nos vies respectives s’arbitre.

Cerise sur le gâteau : en plus on y mange (et bien) !

Dans une famille méditerranéenne, « manger bien » est synonyme, entre autres, de quantité, de diversité, de simplicité, de qualité et de fraîcheur des ingrédients.

Aujourd’hui, je voue un culte sans faille à la cuisine méditerranéenne. J’aime sa richesse, ses couleurs et ses parfums. Je consomme des litres d’huile d’olive et si je le pouvais, j’adopterais le régime crétois à longueur d’année.

Finalement, le mot « riche » qualifie bien cette cuisine : ultra-conviviale, ultra-généreuse, source de partage et de plaisir avant tout. Saine, également… Mais pas toujours ultra-saine [Merci les bains d’huile et les pâtisseries dégoulinantes de sucre].

Ma madeleine de Proust à moi ? Le souvenir d’aller piquer des feuilles de vigne avec mon grand-père et de les farcir de riz avec ma grand-mère. Je vois encore mes petits doigts d’enfant essayer de les enrouler tant bien que mal.

Voilà comment je suis devenue gourmande

Dès lors, mon rapport à l’Alimentation n’a jamais cessé d’évoluer.

J’ai bien dû tester 99% des régimes, juste pour voir.
Pour diverses raisons, j’ai alterné les périodes « avec et sans » : viande, poisson, blé, produits laitiers, (etc.) alors que j’adore ça… Je mène aussi mes petites « croisades » pro-ceci ou anti-cela (dont l’huile de palme) ; je me documente, je bouquine énormément, je me révolte, puis j’essaie de faire la part des choses…
Extravagante pour les uns, juste chiante pour les autres !

Au-delà de ce rapport très personnel à la nourriture, c’est l’hyper complexité de l’acte alimentaire qui me fascine. Sa dimension physiologique, diététique, culturelle, sociale, gustative, épicurienne, médicale, psychologique, personnelle, humaine … Sans parler du prétexte à la découverte.

La cuisine, je lui applique l’adage que Saint-Augustin utilisait au sujet des voyages :

« le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une seule page. »

D’ailleurs, je ne conçois pas de découvrir un pays et sa culture, sans aller m’asseoir à la table de ses habitants et de partager leur repas. Une question de politesse vous me direz… Ledit repas est constitué d’aliments que je ne consomme pas habituellement chez moi ? Soit ! Ce sera l’occasion de goûter.

Quant à ma fascination pour les produits et pour ceux qui les façonnent, elle a tendance à rendre fou le Sarthois qui partage ma vie. Je suis prête à lui faire parcourir des kilomètres [comment vous dire.. des centaines de km !] pour un pot de miel, une bouteille d’huile d’olive, une variété de fruit ou de légume. Je peux passer des heures à écouter un artiste boulanger-pâtissier-cuisinier-apiculteur-agriculteur-viticulteur [liste non exhaustive] raconter son travail, et à le regarder faire. Ou encore dépenser des fortunes dans une épicerie.

Bref, au risque de passer pour l’illuminée du coin, j’apprécie vraiment ma chance dans ce rapport à la bouffe. J’apprécie surtout de faire partie de ceux pour qui l’acte de manger est un pur plaisir.

Reste un aspect majeur à explorer :
la dimension éthique.

Quid de MES propres choix alimentaires dans MON quotidien ?

Lorsque j’ai :
1 le choix de l’abondance,
2– la passion du sujet,
3– quelques notions sur la question,
comment fermer les yeux sur le fait qu’à une échelle ou une autre, ma façon de me nourrir impacte assurément l’environnement, la biodiversité (végétale et animale) ET les gens ?

J’adhère à 100% à la vision de l’association SLOW FOOD, à son concept eco-gastronomique, et à sa devise en 3 mots :

bon – propre – juste.

De la terre à l’assiette, le goût est pour moi indissociable des bonnes pratiques de fabrication et du respect de ceux qui se lèvent chaque matin pour fabriquer ces produits. Et bien sûr, il est indissociable du respect de l’environnement, de la biodiversité et de la santé.

… Tout cela est bien joli, on se croirait presque dans Alice au Pays des Merveilles…

mais comment mettre en pratique
cette devise au quotidien ?

[su_list icon= »http://www.into-the-green.com/wp-content/uploads/2015/01/TACHE.jpg »]

  • Est-il réellement possible de tout concilier : goût, qualité, provenance, mode de production, composition, circuits de distribution et éthique ?
  • Et si je dois faire des choix : lesquels et au détriment de quoi ?
  • Est-ce si compliqué de se passer de tel produit ou de le remplacer par tel autre ?
  • Dois-je définitivement tourner le dos aux protéines animales ?
  • Dois-je me flageller si j’ai envie d’un bon burger-frites, d’un coca-light/ rondelle de citron/ plein de glaçons ou d’un ananas qui a parcouru la moitié de la planète avant d’atterrir dans mon assiette ?

[/su_list]

Et, question subsidiaire : à quel coût ? 

Parce que je ne sais pas vous, mais moi personnellement, mon budget n’est pas extensif. Alors certes, je privilégie clairement la bouffe et me restreint clairement sur d’autres choses.

Comme diraient les pros de l’INSEE : « La part de l’alimentation » tient une place importante dans mes « arbitrages budgétaires », « au détriment des autres postes de consommation [de mon] ménage »...  [hahaha].

Toutes ces interrogations, je tenterai de les aborder sur le blog de façon « pratico-pratique », avec des pour et des contre, des tests, des mises en situation…

D’ailleurs, n’hésitez pas à faire un petit tour sur la page A Propos du blog, où la démarche est détaillée.

 Voilà, vous savez [presque] tout… Il n’y a plus qu’à !

4 commentaires
0

Vous aimerez aussi

4 commentaires

Flora 12 février 2015 - 16 h 09 min

Ce billet met l’eau à la bouche, j’ai hâté de lire tes prochains articles ! Autant de questions qui me preoccupent, et une philosophie de vie que j’adore, j’ai hâte d’en découvrir davantage 🙂

Répondre
Laure Lessert 17 février 2015 - 7 h 45 min

Bonjour Flora,
Merciii beaucoup !!!! Tes encouragements sont une vraie source de motivation ! Plusieurs articles sont en préparation pour les prochaines semaines, alors stay tuned 😉 Et désolée pour cette réponse un peu tardive, je suis encore dans les réglages du blog pour l’instant.

Répondre
vanessa chevallier 16 février 2015 - 11 h 52 min

Salut M’dame, continue et surtout ne t’arrête pas, j’adore et même si j’ai mis 10 jours avant de lire cet édito N° 2, car je voulais prendre le temps de me délecter de tes mots, je suis inconditionnellement (c’est pas seulement parce que tu fais partie de la Famille !) addict !!! bisous et à la prochaine.

Répondre
Laure Lessert 17 février 2015 - 7 h 32 min

Hello Vanessa,
Merci merci merci pour ton soutien (et pas seulement parce que c’est la famille ;))
Plein d’articles en préparation pour les prochaines semaines, j’espère qu’ils te plairont – et surtout qu’ils te serviront !
Des bises !!

Répondre

Laisser un Commentaire

445fb3d78de3c336ba4fe47b3194a50bZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ